Sans mots / La dynamique de la communication non verbale

Dans le domaine de la communication non verbale, nous reconnaissons quatre composantes fondamentales : le système paralinguistique,

En recherche de comparatif sur les meilleurs talkie-walkie ? Voir ici !

le système chinois, la proxémique et l’haptique. Par système kinésique, nous entendons l’ensemble de tous les gestes, volontaires et involontaires, principalement liés aux émotions, y compris les expressions faciales et les regards. Les proxémiques concernent la gestion des espaces entre les interlocuteurs, qui augmentent et diminuent en fonction de la relation entre les interlocuteurs eux-mêmes. L’haptique est le processus de reconnaissance des objets par le toucher, dérivé de la combinaison de la perception tactile donnée par les objets à la surface de la peau et de la proprioception qui provient de la position de la main par rapport à l’objet. Dans ce travail, nous voulons prêter attention au système paralinguistique, en identifiant sa signification, sa signification et sur quels éléments il interagit.

Du rythme au babillage

La parallinguistique est l’étude des intonations et des inflexions de la voix, qui accompagne chaque production verbale comme un canal parallèle à celle-ci, ou peut assumer avec elle une relation variable d’interdépendance. Dans les typologies paralinguistiques, nous identifions la tonalité et le profil de l’intonation, la durée (c’est-à-dire les pauses et la vitesse du discours), l’intensité (comprise comme volume et accent), l’importance et le rythme et, enfin, la qualité vocale phonatoire exprimée par la voix (un falsetto, gracchiante, aspra ?). Ces éléments paralinguistiques génèrent des manifestations d’humeurs et d’états d’esprit, subjectifs et relationnels, des styles expressifs personnels. Le ton se veut l’expression d’émotions, l’accent communique l’appartenance à un groupe, les qualités vocales indiquent des caractéristiques personnelles.

Le pouvoir du silence

Les composantes paralinguistiques sont donc des effets vocaux, qui sont perçus comme ayant du tonus, de la durée et du volume, mais qui résultent correctement de mécanismes physiologiques dont le résultat est le travail direct du pharynx ou des cavités nasales et orales.
Le silence est dans ce contexte un outil de communication très puissant qui assume différentes fonctions, comme par exemple : attirer l’attention, générer la surprise, marquer le pouvoir, approuver, générer l’intimité, démontrer les émotions et les sentiments. Le silence peut être l’expression de toutes les positions de fermeture et d’imperméabilité ; ou, dans les relations asymétriques, il signale les positions de subordination.
La parallinguistique inclut également les bruits que nous faisons avec notre corps, comme le tambour avec nos doigts, ou les bruits qui proviennent des intestins, comme les borborigènes intestinaux.

Émotions au rythme de la parole

Un élément très important de la paralinguistique est le système prosodique, qui joue un rôle important dans l’organisation de la communication et des fonctions discursives. Il permet de donner une connotation aux termes par la modification de certains paramètres tels que l’intonation, le timbre, l’intensité, l’accent et les paramètres temporels tels que le rythme de la parole, l’articulation et les pauses.
En général, la prosodie est un élément fondamental à la fois pour caractériser le sens réel d’une communication et son signifiant.
En particulier, nous voulons attirer l’attention sur les fonctions prosodiques liées à la communication des émotions. La voix peut communiquer des émotions, notamment par la modulation du rythme, de l’intonation et de l’intensité de la parole. Le pouvoir évocateur de la voix humaine est énorme, non seulement pour les contenus qui sont exposés verbalement, mais aussi pour la manière dont ces contenus sont communiqués.

Le “réveil” de la joie

Plus précisément, la communication des émotions utilise des changements dans les paramètres vocaux pour différencier les profils émotionnels. En analysant ces derniers, l’existence de certains modèles vocaux systématiques a été mise en évidence. En fait, on peut distinguer deux catégories de caractéristiques acoustiques :

Le premier se caractérise par une fréquence fondamentale élevée, une intensité et une vitesse élevées ;
La seconde se caractérise par une faible fréquence fondamentale, une faible variation tonale, une faible intensité et une vitesse réduite.